Le Design Responsive : créer un site pour tous les écrans

Stéphane CazenaveConseils & Veille

Les usages évoluent avec les technologies et les appareils : l’ordinateur n’est plus le seul écran sur lequel nous visitons des sites web.

Multi-écran pour tous

Chaque jour, 46% des français utilisent un ordinateur pour naviguer sur Internet, 45% un smartphone et 24% une tablette.

Près de 36% des internautes utilisent quotidiennement 2 ou 3 écrans différents (ordinateur, tablette, smartphone) pour naviguer sur Internet. Ce chiffre monte à plus de 52% pour les CSP+ (catégories socio professionnelles supérieures).

Le boom des appareils nomades

En décembre 2016, près de 55% des visites sur les sites mesurés par Médiamétrie et sa solution eStat’Web sont faites depuis un
téléphone mobile, 11% depuis une tablette et 33% depuis un ordinateur.

Un site qui s’adapte à la taille de l’écran

Il y a quelques années, les créateurs de sites Internet devaient fournir des sites qui s’affichent bien sur n’importe quel navigateur (Internet Explorer et toutes ses versions dont certaines vieilles de 10 ans, Firefox, Chrome…) Heureusement, aujourd’hui Internet Explorer (le plus problématique de tous) est devenu le moins utilisé et les autres affichent les sites d’une manière très respectueuse des standards. Le problème s’est déplacé…

Le défi pour les créateurs et les propriétaires de site Internet est aujourd’hui d’offrir aux visiteurs une expérience de qualité égale sur tous les écrans.

Cela passe par une une navigation et une disposition adaptées à la taille de l’écran et au mode de navigation (souris, trackpad, écran tactile…) On parle de design « Responsive » ou de site « adaptatif ».

Google pénalise les sites qui ne sont pas Responsive

Outre le confort de navigation évident offert aux visiteurs, s’il fallait une incitation particulière pour les propriétaires de sites à passer au « Responsive », elle a été fournie par Google : depuis le printemps 2015 il pénalise les sites qui ne sont pas adaptés aux tablettes et aux smartphones en les signalant aux Internautes et cela peut se traduire par un déclassement dans les résultats de ce moteur de recherche ultra dominant en France (95%).

Sources : Médiamétrie, Médiamétrie

Publié le 8/11/2015 et mis à jour le 10/02/2017